Antagonism2 - Projet artistique

La psychanalyse définit le conflit comme inhérent à l’être humain : il se manifeste entre les différents systèmes ou instances, entre les pulsions, entre le désir et la défense. Le conflit central de l’être humain est le complexe d’œdipe, lequel, est déjà inscrit de façon pré-subjective comme conjonction dialectique et originaire du désir et de l’interdit, avant d’être un conflit défensif. Le conflit psychique est l’expression de forces pulsionnelles antagonistes. Il n’a jamais été aussi bien décrit et analysé que par la conception freudienne, qui domine par ailleurs tant en psychologie qu’en psychiatrie.

Mon projet artistique étend la notion d’antagonisme à la dualité manifeste et persistante existant entre la perception générale de la production artistique et l’intention originelle de ses auteurs. L’art est encore trop souvent évalué en fonction de sa qualité esthétique subjective, elle-même exagérément tributaire des médias, des techniques et de la tendance. L’observation, l’analyse et la méditation donnent conscience que la sagesse ne s’enferme pas dans les limites rationnelles et étroites de la pensée. Elle relie positivement visible et invisible, perpétuel et éphémère, matériel et esprit, conscient et inconscient, espace-temps et instantané. Je considère la création comme l’énergie régénérative et cette modification d’appréhension de l’objet artistique implique simultanément et inévitablement de changer de modèle de pensée, de réflexion et d’action. Les paramètres esthétiques sont ainsi influencés par les composantes précitées, afin d’établir une relation créative réciproque entre la réalité et moi-même.